La feuille de route de la politique du numérique en santé 2019-2022 définie dans le cadre de la stratégie « Ma Santé 2022 » s’articule autour de cinq grandes orientations destinées à aborder la transformation numérique que doit prendre la santé de demain.

Le numérique en santé constitue l’un des 10 chantiers que comporte le plan « Ma Santé 2022 ». Il va donner lieu dans les prochains mois et prochaines années à un grand programme national rassemblant l’ensemble des acteurs. Pour y parvenir, 5 grandes orientations ont été arrêtées :

  • le renforcement de la gouvernance du numérique en santé
  • l’intensification de la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé
  • l’accélération du déploiement des services numériques socles
  • le déploiement au niveau national des plateformes numériques de santé
  • le soutien à l’innovation et l’incitation de l’engagement des acteurs

Le renforcement de la gouvernance du numérique en santé

Confié à la délégation ministérielle du numérique en santé, le pilotage de l’ensemble des chantiers de transformation numérique aura pour mission de définir la politique du numérique en santé, d’en garantir la cohérence, de soumettre annuellement une feuille de route et les budgets associés, de coordonner l’ensemble des acteurs institutionnels nationaux et régionaux et de superviser le pilotage de l’ensemble des chantiers de transformation numérique en santé. Pour mener à bien ces missions, la délégation s’appuiera sur les organismes publics qui interviennent dans le champ du numérique en santé notamment sur l’Assurance Maladie et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Afin d’impliquer l’ensemble des acteurs, les grandes orientations de la politique du numérique en santé seront débattues au sein du Conseil du numérique en santé dans lequel figurera une cellule d’éthique.

L’intensification de la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé

Condition préalable au bon fonctionnement des systèmes d’information de santé, l’identification numérique des acteurs de santé issue d’un même référentiel national sera généralisée. Par ailleurs, la dématérialisation des moyens d’authentification permettra de sécuriser l’accès aux téléservices, avec en particulier l’application carte Vitale sur smartphone baptisée « apCV ». Les premiers tests débuteront dès le mois de juin avant une montée en charge progressive s’étalant sur les années 2020-2022. De plus, afin d’assurer la continuité des parcours, un même patient devra être reconnu dans tous les systèmes informatiques de manière unique. Pour ce faire, le déploiement de l’identifiant national de santé (INS) sera accéléré.

L’accélération du déploiement des services numériques socles

L’accent va être mis sur quatre services d’échange et de partage des données de santé :

  • le Dossier Médical Partagé (DMP) : il intégrera de nouveaux services (ajout carnet de vaccination, possibilité d’alimenter le DMP via des applis et des objets connectés (2020), création automatique pour les nouveaux nés en 2021)
  • les messageries sécurisées de santé (MSSanté) : elles seront généralisées afin de faciliter l’échange d’information de santé dans les parcours de soin
  • la e-prescription : elle sera développée pour simplifier et sécuriser le circuit de transmission de l’ordonnance depuis la prescription jusqu’à la dispensation par le pharmacien
  • les services numériques territoriaux de coordinations de parcours inscrits dans le programme e-parcours : ils connaitront un déploiement important

Le déploiement au niveau national des plateformes numériques de santé

Réceptacles des applications proposées par les acteurs publics et privés, trois plateformes vont être déployées. Elles visent à permettre aux usagers et professionnels de santé de trouver leurs repères dans des espaces numériques fiables et simples d’accès :

  • un Espace Numérique de Santé permettra à chaque citoyen, acteur du système de santé, de choisir et d’accéder à des services numériques de santé dans un cadre sécurisé et avec une navigation fluide
  • une plateforme de bouquets de services communicants réservés aux professionnels facilitera l’exercice de leur métier
  • un Health Data Hub, plateforme des données de santé, en cours de déploiement rassemblera les données de santé dans un même schéma d’urbanisation sécurisé

Le soutien à l’innovation et l’incitation de l’engagement des acteurs

Ce soutien passe par l’accompagnement et l’investissement :

  • l’accompagnement au déploiement des prises en charge à distance (télémédecine)
  • le soutien aux programmes d’investissement : programme HOP’EN (Hôpital numérique ouvert sur son ENvironnement) dédié aux systèmes d’information hospitaliers et le plan « Établissements et services sociaux et médico-sociaux numérique » pour aider les structures médico-sociales à prendre le virage du numérique
  • le soutien au programme d’harmonisation des systèmes d’information de gestion de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) afin de favoriser l’équité de traitement, de simplifier les démarches pour l’accès aux droits, et de disposer d’informations populationnelles sur les bénéficiaires et les aidants afin d’adapter l’offre dédiée
  • la création d’un Lab e-santé, guichet national de l’innovation du numérique en santé afin d’identifier, de faire émerger et de diffuser de nouveaux concepts, technologies, solutions et usages en matière de e-santé et d’aiguiller les acteurs du marché dans l’ensemble des dispositifs existants
  • l’organisation par les agences régionales de santé d’un tour de France de la e-santé afin de débattre autour de la politique nationale du numérique en santé et de ses modalités de mise en œuvre
  • la tenue d’ateliers citoyens du numérique en santé animés notamment par l’Assurance Maladie qui permettront aux usagers de définir les besoins de leur futur Espace Numérique de Santé, de valider les principes ergonomiques et de tester les premières maquettes

L’Assurance Maladie prend le virage du numérique

Depuis plusieurs années, l’Assurance Maladie s’inscrit dans cette dynamique du numérique et développe ses services en ligne à destination des professionnels de santé, des entreprises et des assurés pour simplifier leurs démarches et faciliter leurs échanges. Les fonctionnalités proposées sur le compte ameli et sur amelipro s’enrichissent progressivement pour simplifier les démarches administratives. Notre organisme, la Cramif, y met ainsi à disposition deux services pour que les assurés accèdent à leur dossier invalidité pour les bénéficiaires d’une pension et à leur dossier allocation amiante.

Pour répondre aux besoins des usagers, la Cramif a entrepris de digitaliser ses services et propose de prendre des rendez-vous par Skype pour l’allocation amiante mais également des applicatifs web pour accompagner les entreprises dans leurs démarches de prévention des risques professionnels :

  • Equipmanut, outil d'aide au choix des équipements de manutention dans le cadre de la réception des marchandises dans les commerces de proximité alimentaires ou non alimentaires
  • EVALUAC outil d’aide destiné aux opérateurs de collecte et les collectivités donneurs d’ordre afin d’évaluer objectivement leurs pratiques en matière de prise en compte de la santé et de la sécurité des équipiers de collecte
  • SEIRICH (Système d'Évaluation et d'Information sur les RIsques CHimiques en milieu professionnel) outil d’évaluation du risque chimique destiné aux chefs d’entreprise, aux médecins aux services de santé au travail et aux responsables Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement
  • E-PRROSIST, application web destinée aux Services Inter-Entreprises de Santé au Travail (SIST) qui bénéficient d'une visibilité globale (tableau de bord) ou détaillée (fiche entreprise) des données relatives à l’action risque routier des Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens (CPOM)

La Cramif digitalise également ses services en direction des publics en situation de handicap et/ou en perte d’autonomie :

  • ESCAVIE Virtuel application web, permet, grâce à une navigation intuitive, de découvrir des solutions de compensation (aides techniques, solution d’accessibilité, etc.)

Dans un souci d’accès aux soins, notre Centre Médical Stalingrad offre la possibilité aux patients de prendre rendez-vous en ligne avec un professionnel de santé. La Cramif met également à disposition de ses publics un service de paiement en ligne accessible sur notre site cramif.fr pour les créances relatives aux prestations invalidité, amiante et les factures du Centre Médical Stalingrad.

05/06/2019