En France, 8 à 11 millions de personnes soutiennent un proche en perte d’autonomie pour des raisons liées à l’âge, à un handicap, à une maladie chronique ou invalidante. Face à ce constat, le gouvernement met en place une stratégie de mobilisation et de soutien aux aidants.

La mise en place d’une stratégie de mobilisation et de soutien aux aidants répond à un double objectif : reconnaître le rôle des proches aidants et améliorer leur qualité de vie. Cette stratégie repose sur 17 mesures clés structurées autour de 6 priorités : rompre l’isolement des proches aidants et les soutenir au quotidien dans leur rôle, ouvrir de nouveaux droits sociaux aux proches aidants et faciliter leurs démarches administratives, permettre aux aidants de concilier vie personnelle et vie professionnelle, accroître et diversifier les solutions de répit, agir pour la santé des proches aidants et épauler les jeunes aidants.

Rompre l’isolement des proches aidants et les soutenir au quotidien dans leur rôle

Afin d’apporter de l’écoute, dispenser de l’information et orienter vers une offre d’accompagnement qui facilite le quotidien, il est mis en place :

  • dès  2020 : un numéro téléphonique national de soutien des proches aidants et un réseau de lieux d’accueil labellisés « Je réponds aux aidants »
  • d’ici 2022 : une plate-forme numérique « Je réponds aux aidants » permettant d’identifier l’offre d’accompagnement à proximité du domicile et une diversification et un déploiement d’offres d’accompagnement par des professionnels et des pairs dans tous les territoires avec pour objectif plus de 450 000 aidants accompagnés

Ouvrir de nouveaux droits sociaux aux proches aidants et faciliter leurs démarches administratives

Les proches aidants expriment un besoin de reconnaissance, qui passe à la fois par des droits renforcés pour être mieux protégés face aux risques, notamment celui de subir une perte importante de revenus professionnels et par un effort de simplification de leur quotidien et de leurs démarches administratives. Pour répondre à ces demandes, il sera initié :

  • dès novembre 2019 : la non prise en compte des périodes de congé proche aidant dans le calcul des droits au chômage afin d’éviter une baisse des allocations
  • dès janvier 2020 : un congé de proche aidant pouvant être pris dès l’arrivée en entreprise, sans attendre 1 an  de présence
  • dès octobre 2020 : un congé de proche aidant indemnisé pour les salariés, les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les chômeurs indemnisés et une prise en compte automatique du congé de proche aidant indemnisé au titre des droits à la retraite sans formalités à accomplir.

Permettre aux aidants de concilier vie personnelle et vie professionnelle

Les proches aidants expriment un besoin de reconnaissance de leurs contraintes pour pouvoir mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle et éviter les ruptures dans leurs parcours qui fragilisent notamment leur situation financière. Afin de répondre à cette attente, il est prévu de mettre en place :

  • dès janvier 2020 : un assouplissement du congé de présence parentale et de l’allocation journalière de présence parentale pouvant être pris de façon fractionnée, par demi-journées
  • en 2020 : l’inscription du  thème du soutien aux proches aidants dans la négociation obligatoire dans les entreprises et parmi les critères de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises
  • en 2021 : une facilitation des parcours professionnels des aidants  qui ont dû arrêter de travailler pour accompagner un proche

Accroître et diversifier les solutions de répit

Les proches aidants expriment un besoin prioritaire d’accompagnement au maintien à domicile à travers des dispositifs comme les plateformes de répit. La pluralité des attentes, des besoins et des situations impose de diversifier et de renforcer les solutions proposées. Pour répondre à cette attente, le gouvernement lance:

  • sur la période 2020-2022 : un plan national de renforcement et de diversification des solutions de répit, adossé à un financement supplémentaire de 100 M €
  • début 2020 : une simplification des démarches administratives pour l’accès à des solutions d’accueil temporaire de personnes en situation de handicap : le passage complémentaire devant la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour bénéficier d’une orientation vers une structure de répit sera supprimé par décret

Agir pour la santé des proches aidants

Les proches aidants ont tendance à repousser leurs propres soins pour privilégier ceux de la personne aidée et n’évoquent pas  leur vie avec les professionnels de santé qui les suivent. Afin de remédier à cette situation, il est institué en 2020 :

  • une enquête de Santé publique France consacrée à la compréhension des risques qui pèsent sur la santé des proches aidants
  • l’instauration d’un « réflexe proches aidants » chez les professionnels de santé
  • l’identification du rôle de proche aidant dans le Dossier Médical Partagé, en application de la loi du 22 mai 2019

Épauler les jeunes aidants

Les jeunes aidants apportent à leur proche une aide parfois comparable à celle d’un adulte et leurs besoins sont par conséquent comparables à ceux des aidants adultes : besoin d’être reconnu comme aidant, de sortir de l’isolement, de pouvoir prendre du recul sur le quotidien et de souffler quelques temps. Mais ils ont également des besoins spécifiques notamment dans le cadre scolaire et universitaire. Le gouvernement initie deux mesures en ce sens :

  • fin 2019 : un aménagement des rythmes d’étude (condition d’assiduité et examen) pour les étudiants aidants
  • en 2020 : une sensibilisation des personnels de l’Éducation nationale pour repérer et orienter les jeunes aidants grâce à des outils efficaces et co-construits avec le monde associatif. Dans un premier temps, une expérimentation sera lancée en Ile-de-France et en Occitanie

Enfin, pour mobiliser l’ensemble des Français, une grande campagne nationale de sensibilisation co-construite avec les associations et s’adressant à la société toute entière sera organisée en 2020.

Mise en œuvre de la stratégie de mobilisation et de soutien

Un financement a été initié sur une période de trois ans, d’un montant de 400 millions d’euros dont 105 millions attribués aux solutions de répit. Un comité de suivi se réunira deux fois dans l’année. Présidé par la ministre des solidarités et de la santé et la secrétaire d’état chargée des personnes handicapées il aura pour vocation de suivre la mise en œuvre et l’impact des mesures annoncées et de faire vivre la stratégie en proposant de nouvelles mesures à intervalle régulier, notamment en faveur de la meilleure connaissance des proches aidants, de la simplification de leurs démarches administratives et de l’accompagnement des parcours.

La Cramif au côté des aidants

Par son Service social et son centre de ressources pluridisciplinaires Escavie, notre organisme est un interlocuteur privilégié des personnes en situation de handicap  et/ ou de perte d’autonomie en Ile-de-France mais également de ceux présents au quotidien à leur côté.  Escavie a pour missions d’évaluer, d’informer et de conseiller les personnes en situation de handicap mais également les proches aidants sur les solutions de compensation existante (aides techniques, aménagement du domicile et des véhicules). Notre centre de ressources a développé une application Escavie Virtuel  qui permet de découvrir des solutions de compensations visant à faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap. Divers scénarii permettent de visualiser de manière intuitive les aides existantes pour chaque pièce de votre domicile.

En parallèle, notre Service social se mobilise au quotidien auprès des aidants de la région francilienne. Nos 350 assistantes de service social les guident dans leurs démarches, leurs droits et aides disponibles et leur apportent un soutien par un accompagnement personnalisé dans la prise en charge des conséquences de la maladie et du vieillissement de leur proche. Les aidants  peuvent  ainsi être orientés vers les groupes d’échanges et de partage d’expériences organisés par notre institution sous forme de cafés-rencontre ou proposés par des associations locales. Notre organisme apporte également son soutien à des actions d’accompagnement social  en subventionnant les interventions de psychologues dans le cadre de sessions d’écoute et de soutien d’aidants familiaux. Chaque année, la Cramif s’associe à la Journée Nationale des Aidants. Cette année, pour sa 10e édition, notre organisme s’est à nouveau mobilisé afin de promouvoir les actions de notre service social auprès des aidants sur les ondes de Radio France, en partenariat avec la MACIF

12/11/2019