La prévention des chutes au travail est une priorité pour l’Assurance Maladie – Risques professionnels qui concerne tous les secteurs d’activité.

test

Les chutes : un risque très répandu

En France, les chutes de hauteur sont la deuxième cause de mortalité au travail et la troisième cause d’incapacité permanente et d’arrêts de travail. Mais la hauteur n’est pas le seul facteur de risque, ni de gravité. En effet, les chutes de plain-pied constituent la deuxième cause d’accidents dans l’environnement professionnel.

Visuel chutes de hauteur et de plaind-pied - Chiffres

 

Les chutes de hauteur, c’est quoi ?

Travailler en haut d’un escalier, d’un immeuble, d’un toit ou d’un pylône, évoluer sur un échafaudage, au bord d’une fosse ou d’un précipice sont des activités à risques. Loin des idées reçues, ce type d’accident peut survenir dans tous les secteurs d’activité. La loi impose à l’employeur de mettre en place des actions de protection contre le risque de chute.

Visuel chutes de hauteurs, secteur particulièrement touchés

 

Les chutes de plain-pied, c’est quoi ?

La chute de plain-pied peut survenir suite à des glissades, trébuchements, faux-pas et autres pertes d’équilibre sur un sol plat.

Loin d’être anodines, ces chutes sont plus fréquentes que les chutes de hauteur et peuvent également avoir des conséquences graves, voire fatales, quel que soit le secteur d’activité. Ces chutes peuvent être évitées si l’employeur met en place les actions adaptées.

Plusieurs facteurs génèrent les situations dangereuses comme les sols glissants, accidentés ou encombrés et l’organisation du travail qui peuvent engendrer de la fatigue ou de l’inattention.

Visuel chutes de plain-pied, secteur particulièrement touchés

 

Quelle démarche de prévention adaptée ?

Une démarche de prévention adaptée consiste à évaluer les risques de chutes, essayer de les éliminer et prévenir leur apparition. Elle doit s’appuyer sur la collaboration de différents acteurs (concepteurs, maîtres d’ouvrage, salarié, etc.) pour aboutir à une prise en compte efficace de la démarche de prévention.

Le point de départ de la démarche de prévention est la formalisation d’un document unique d’évaluation des risques (DUER) qui incombe à tout employeur dans le cadre de son obligation générale de sécurité à l’égard de ses salariés.

La réflexion doit porter sur tous les postes de travail concernés par un risque de chute, toutes les situations potentiellement à risques et analyser les conditions d’accès aux postes de travail.

La démarche de prévention repose à la fois sur une approche technique, à travers la prise en compte des risques dès la conception ou lors de l’entretien des équipements, et organisationnelle, à travers une réflexion sur les locaux et l’organisation du travail.

Les programmes de prévention « Risques Chutes Pros »

Risques Chutes Pros

Le programme national Risques Chutes Pros propose un nouveau programme national visant à réduire le risques de chutes pour tous les secteurs confondus.

Infographie Programme Risques chutes Pros - 7 secteurs d'activité prioritaires

 

Risques Chutes Pros BTP

Avec le programme Risques Chutes Pros BTP engagé depuis 2014, l’Assurance Maladie – Risques professionnels a pour ambition de réduire la sinistralité dans le secteur de la construction. Le programme est principalement centré sur les chutes de hauteur et de plain-pied et définit les actions à mettre en œuvre.

Son objectif principal est d’accompagner les maîtres d’ouvrage (MOA), préalablement identifiés, à intégrer dans les marchés de travaux les dispositions qui permettent de maîtriser les risques sur les chantiers (et particulièrement les risques de chutes). Les MOA doivent mettre en œuvre la mutualisation des moyens de prévention dans leurs projets de construction et d’en mesurer les effets concrets (économie, délai, qualité, impact sur leur environnement).

Les thèmes opérationnels prioritaires (TOP)

Cinq thèmes prioritaires ont été définis dans le cadre de ce programme :

  • la prévention des chutes de hauteur par la mise en commun de moyens de protections collectives (aménagement des accès, sécurisation des ouvertures donnant sur le vide…) ;
  • la gestion des manutentions et des approvisionnements, par exemple grâce à l’installation d’une aire de livraison au plus près du chantier ou le choix de matériaux légers ;
  • l’hygiène et les conditions de travail par la mise à disposition des accès à l’eau et à l’électricité, à des sanitaires ou des vestiaires notamment ;
  • la valorisation de la coordination SPS, le coordonnateur devant être choisi le plus en amont possible du chantier ;
  • les interventions ultérieures sur ouvrage avec l’élaboration du DIUO. Ce document définit l’organisation des futures opérations de maintenance de façon sécurisée.

Des fiches pratiques ont été conçues par la Cramif pour les 3 types d’ouvrages prioritaires. Elles s’adressent aux acteurs de la construction, et particulièrement aux maîtres d’ouvrage :

Infographie sur les 3 types d'ouvrages prioritaires

Nous contacter

Besoin d’informations complémentaires ? Vous pouvez nous contacter par mail à l’adresse suivante :